LA FRANCOPHONIE – POLYPHONIE DES VALEURS À L’ULIM

La francophonie est née d’un désir ressenti hors de France.

(Boutros Boutros-Ghali)

La francophonie est entrée dans la vie quotidienne de l’Université Libre Internationale bien avant l’institutionnalisation de la République de Moldova et,   notamment, son entrée en tant que membre titulaire de l’Organisation Internationale de la Francophonie en 1997 au sommet de Hanoi. La même année l’ULIM a été acceptée comme membre de plein droit de l’AUPEL-UREF, l’ouverture de la filière francophone « Gestion et Administration des Entreprises » ayant été l’événement–symbole de l’adhésion de l’ULIM à l’espace francophone mondial.

À la source la stratégie du développement de notre université prévoyait clairement le privilège des enseignements en langues étrangères, y compris en français. Des groupes académiques avec des enseignements partiellement ou entièrement francophones ont été créés aux départements de sciences économiques, droit, histoire et relations internationales. Bien sûr, le département des langues étrangères comportait une chaire de philologie française dont les traditions remontaient aux plus anciennes facultés de langues de la république – celles de l’Université d’État de Chisinau et l’Université de Balţi.

Parler de la francophonie en Moldova en général et à l’ULIM en particulier veut dire, tout d’abord, parler de valeurs.

 

……

La francophonie est, sans doute, une valeur incontestable car elle contribue largement aux connexions interculturelles. La perception de la francophonie dans les milieux estudiantins de l’ULIM est d’obédience spirituelle. Les étudiants associent à la francophonie, tout d’abord, la langue française qu’ils ont en partage. Et, comme toute langue est porteuse d’un message civilisateur prégnant, bien sûr, c’est la culture et la civilisation de la France que les étudiants attachent à la francophonie. Cette appartenance première franco-française parfois est une vérité inaliénable pour eux, certains ayant passé toute leur enfance et adolescence dans une atmosphère scolaire profondément marquée par l’expérience curriculaire du pays phare  – la France.

Abdou Diouf: « La Francophonie, c’est d’abord bien sûr la défense et la promotion de la langue française. C’est aussi, et à travers d’ailleurs la défense de cette langue, le combat pour faire progresser certaines valeurs, la paix, la démocratie, la solidarité entre les peuples, les droits de l’Homme, l’État de droit. »

Lire le texte intégral de l’article

Picture 008 ??????????????????????????????? ??????????????????????????????? ??????????????????????????????? IMG_1959 ??????????????????????????????? ??????????????????????????????? ???????????????????????????????

 

 

Published